HOMMAGE à Mâcon : une marche silencieuse en mémoire de Rachid samedi matin


Une marche silencieuse en mémoire de Rachid Aananouch se déroulera ce samedi 17 février, à Mâcon. Le cortège partira de l’esplanade Lamartine à 10h30.

Ce jeune homme de 32 ans, apprécié de très nombreux Mâconnais pour sa gentillesse, est mort jeudi dernier après avoir reçu un coup de couteau au niveau du cœur

Un meurtre qui a suscité une vive émotion à Mâcon et notamment dans le quartier de la Chanaye où vivait cet homme « sans problème et souriant ».

L’auteur présumé du coup de couteau a été mis en examen samedi dernier pour homicide volontaire et placé en détention provisoire

La structure de représentation des musulmans de France doit émerger d’eux-mêmes au niveau départemental.

Kamel KABTANE et Azzedine GACI

Le président de la République a décidé d’aider les musulmans de France à mieux restructurer l’organisation du culte musulman. Cette initiative que nous attendions depuis fort longtemps nous réjouit.

Lors de la mise en place du CFCM en 2003, les musulmans avaient placé tous leurs espoirs et toutes leurs ambitions sur cette instance qui devait les représenter, les défendre et ouvrir la voie à des nouvelles initiatives notamment en ce qui concerne la formation des imams. Malheureusement, après 15 années d’existence, tout le monde se pose des questions sur le rôle de cette instance qui ne peut se prévaloir d’aucune grande réalisation.

Le temps est venu de dresser le bilan d’une décennie mouvementée et de tirer des leçons de cet échec qui a fini par désespérer les musulmans de France et les éloigner progressivement de cette structure. En effet, depuis 2003, les responsables du CFCM et des CRCMs ont laissé s’installer au sein de la communauté musulmane, et en particulier les jeunes, le sentiment selon lequel, ils ne seraient que des gestionnaires intéressés du culte musulman et les ambassadeurs d’intérêts étrangers.

Aujourd’hui, nous pensons que la structure de représentation des musulmans de France, doit émerger d’eux-mêmes, d’en bas, au niveau départemental. Quoi de mieux que le département où les différentes associations cultuelles et culturelles qui se connaissent pourraient travailler ensemble, réfléchir ensemble et avancer ensemble autour de projets communs dans une structure représentative des musulmans du département et échapper ainsi à toute emprise des pays d’origine.

Parallèlement à cette représentation au niveau départemental, la création d’un Conseil théologique des imams leur donnera l’occasion de s’exprimer publiquement et de manière indépendante pour apporter la voix qui manque tant, aux instances représentatives actuelles.

Ces structures départementales pourraient alors désigner par cooptation leurs membres dans les institutions régionales et nationales, et favoriser ainsi une alternance pour sortir de l’immobilisme. Cela permettra surtout de faire émerger une représentation fondée non pas sur l’origine nationale mais sur la compétence des individus qui la composent et la qualité des projets qu’ils entendent porter.

C’est pourquoi, nous soutiendrons toute initiative émergeant de la base pour assurer une représentation équitable et viable au niveau national.

Emission sur les tromperies à la Mecque

NOUS AUSSI AIDONS CETTE ASSOCIATION QUI FAIT UN TRAVAIL FORMIDABLE!

ADHEREZ POUR SEULEMENT 5€/an 

 

Depuis sa création en avril 2014, notre association ACEF lutte contre les prix exorbitants du pèlerinage à la Mecque en France sous toutes ses formes et de favoriser le vivre ensemble et sortir les personnes de l’isolement pas le biais de sorties culturelles.

Pour le plus Grand Nombre nous avons menée une étude sur pratiquement deux ans.

Voilà le résultat:
L’Internet,qui s’est ajouté aux canaux de distribution traditionnels, est devenu un outil de plus en plus important pour l’offre de services et de voyages. Ces derniers sont combinés non seulement sous forme de forfaits traditionnels organisés à l’avance mais aussi,souvent, de manière personnalisée.

Le développement de la vente en ligne d’internet et de la libéralisation du secteur aérien ont modifié la façon dont les consommateurs organisent leurs vacances, leurs voyages.

Certaines données montrent que les personnes effectuant des achats en ligne dans l’Union européenne disposent d’un choix de produits jusqu’ à seize fois plus important, mais 60 % des consommateurs n’utilisent pas encore ce canal de distribution.

Du fait de cette réticence, ils ne profitent pas pleinement de la diversité de choix et de prix qu’offre le marché unique. Des mesures visant à renforcer la confiance des consommateurs dans le commerce trans-frontière en ligne peuvent considérablement dynamiser la croissance économique en Europe.

Le marché des voyages a considérablement évolué depuis l’adoption de la directive 90/314/CEE.
Par un communiqué du 9 juillet 2013, la Commission européenne a annoncé la révision en cours de la Directive européenne de 1990 (Directive90/314/CEE du Conseil, du 13 juin 1990), concernant les voyages,vacances et circuits à forfait transposée par la France par la loi du 13 juillet 1992 aujourd’hui codifiée sous les articles L 211-1et suivants du Code du tourisme.

L’objectif de la Commission est, sans surprise, de renforcer les droits des consommateurs et d’adapter le texte au recours croissant des acheteurs sur Internet. La directive modifiée devrait donc expressément viser les forfaits personnalisés en ligne ou packages dynamiques qui combinent plusieurs prestations choisies parle client au moment de la conclusion du contrat.

La directive 2005/29/CE, prévoit un niveau élevé de protection des consommateurs dans tous les secteurs. Elle sert de filet de sécurité.

Elle garantit que les consommateurs ne soient pas trompés ou exposés à un marketing agressif, et que toute allégation commerciale formulée soit claire, exacte et justifiée de sorte que les consommateurs puissent faire des choix éclairés et pertinents.

Pour adhérer à notre combat, signez la pétition en ligne contre les prix exorbitants exercés par des agences Hajj peu scrupuleuses :

https://www.change.org/p/ll-stop-aux-…

Position des 4 principales écoles sunnites au sujet des espèces animales autorisées à la consommation


 

 

Position des 4 principales écoles sunnites au sujet des espèces animales autorisées à la consommation.

La consommation halal et plus particulièrement la consommation des viandes halal ont une certaine importance dans la vie du musulman.

Ainsi, chaque musulman se doit de connaître les espèces qui sont considérées comme licites à la consommation et celles qui sont haram.

Or, il existe de nombreuses divergences à ce sujet et il est parfois difficile de s’y retrouver.

Les escargots, les grenouilles, les crustacés,… sont autant d’espèces au sujet desquels une question revient régulièrement : est-ce vraiment halal ?

Le Coran donne l’essentiel des grands interdits alimentaires à travers trois versets, dont le suivant :

« Dis : “Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que ce soit la bête (trouvée) morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc – car c’est une souillure – ou ce qui, par perversité, a été sacrifié à autre que Dieu.” Quiconque est contraint, sans toutefois abuser ou transgresser, ton Seigneur est certes Pardonneur et Miséricordieux. » [Coran 6/145]

Mais la plupart des juristes, à l’exception de certains savants malikites, considèrent que d’autres interdits existent. Ils se basent sur un certains nombres de récits prophétiques authentifiés qui interdisent par exemple la consommation des ânes, des rapaces, des félins, etc.

Voici une série de tableaux de synthèse des avis des quatre grandes écoles juridiques (reconnues comme les écoles de jurisprudence de référence de l’islam sunnite) concernant différentes espèces.

Ce tableau n’est pas exhaustif, mais il regroupe un éventail large d’espèces dont certaines ne sont pas communément consommées en France. Nous y avons tout de même fait référence, car cela pourrait intéresser des personnes amenées à voyager dans des pays concernés par l’alimentation de ces espèces :