Les 5 clefs du bonheur conjugal: Cheikh Moncef Zenati

À une époque où les divorces sont de plus en plus nombreux, les musulmans devraient prendre d’avantage exemple sur le Prophète (saws) et la manière dont il s’occupait de son foyer.

C’est donc à travers des exemples de la Sira du Prophète (saws) et des récits des compagnons, que cheikh Moncef Zenati établit dans cette vidéo 5 clefs pour vivre le bonheur conjugal, chose à laquelle nous aspirons tous.

1) La première clef incombe à l’homme, qui doit faire preuve d’amour et tendresse envers sa femme. Il doit essayer d’avoir la meilleure attitude à son égard.

2) La seconde incombe à la femme qui doit soutenir son mari et éviter de faire trop de reproches.

3) La troisième clef appartient aux deux. Il faut avoir un projet commun et se fixer des objectifs pour cheminer ensemble vers le Paradis. Ce projet doit impérativement être lié à l’au delà.

4) La quatrième clef du bonheur conjugal consiste à fermer les portes de la fitna. Cela veut dire qu’il faut s’écarter de la tentation, et ne pas s’exposer aux risques qui mettent en danger la vie du couple.

5) Enfin, la dernière clef est la plus importante car elle a un effet magique et extraordinaire. On vous laisse la découvrir dans cette vidéo.

Cheikh Moncef Zenati est un spécialiste reconnu de la Sunna et de la Sîra (biographie) du Prophète (saws). Après avoir obtenu avec brio une maîtrise en sciences islamiques, il se tourne vers l’enseignement et la transmission des sciences de la religion.

Il est notamment intervenu à plusieurs reprises dans l’émission « fatawas » de la chaîne Iqraa afin de répondre en direct à des questions juridiques.

Il est actuellement professeur de sciences islamiques à l’Institut Européen de Sciences Humaines (IESH) de Château-Chinon.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages concernant la religion musulmane tels que :

– La Sunna : Mode d’emploi
– Qu’est ce que la bid’aa ?
– Les sciences du Hadith
– Les sciences du Coran
– Qu’est ce que la Shari’a ?
– Les grandes dates de l’Islam
– La purification de l’âme
– Les qualités des serviteurs du Tout Miséricordieux (Tafsir de la sourate Al Fourqane)
– La fraternité humaine en Islam
– 20 principes pour comprendre l’Islam
– La pureté rituelle

Il a également traduit deux ouvrages majeurs du patrimoine musulman :

– Fiqh Al Ibadate (simplification des règles des actes cultuels) de cheikh Fayçal AL Mawlawi.
– La grandeur du Prophète (saws) de Mustapha Az Zarqa ( à paraitre prochainement).

Un geste de Fraternité, en donnant votre sang!

Comment s’améliorer spirituellement et améliorer les autres ?

Le grand ascète et compagnon ‘Omar ibn al-Khattab (rad) a dit un jour : « Faites votre examen de conscience avant d’être juger et pesez vos action avant qu’elles ne soient pesées contre vous, car le jugement sera d’autant plus léger demain, si vous faites votre examen de conscience aujourd’hui, et embellissez-vous pour la présentation suprême ».

Cette exhortation donne pleinement la mesure de l’importance de l’examen de conscience dans le cheminement spirituel en islam. Seulement, par expérience, nous savons pertinemment qu’il est souvent difficile d’être objectif et perspicace avec soi-même. Il est alors légitime de se demande comment parvenir à faire d’authentiques examens de conscience. Dans cette vidéo, Tayeb Chouiref nous propose des approches pratiques et efficaces qu’il prend soin d’illustrer par des exemples concrets.

L’épreuve est un bienfait d’Allah

Les affres de nos épreuves sont le sujet principal de nos plaintes. Nous nous arrêtons à la réalité matérielle du malheur qui nous touche et nous oublions qu’Allah, dans toute sa sagesse et sa miséricorde, nous fait grâce de ses bienfaits aussi à travers les épreuves qu’il nous soumet. Pour pouvoir les surmonter avec sérénité, il est donc nécessaire de savoir en quoi les épreuves comptent parmi les bienfaits d’Allah. Tayeb Chouiref nous donne la réponse.

Les bienfaits de l’allaitement

Une étude montre que l’allaitement maternel réduit le risque de diabète de 47%

Allaiter, c’est bon pour la maman et le bébé ! Les apports du lait maternel fournissent au bébé ce dont il a besoin pour se développer et renforcer ses défenses. Mais au-delà, l’échange lors de la tétée est un moment privilégié pour la mère et l’enfant. Découvrez pourquoi l’allaitement est bénéfique.

L’étude la plus longue jamais menée dans le domaine montre que l’allaitement maternel pendant six mois ou plus réduit le risque de développer un diabète de type 2. Ceci concerne la moitié des femmes durant leurs années de procréation.

Des chercheurs aux États-Unis ont analysé les données de femmes qui se sont inscrites à une étude sur la santé cardiovasculaire il y a plus de 30 ans et dont le mode de vie et la santé ont été surveillés pendant toute cette période.

Ils ont constaté que celles qui avaient allaité leurs enfants pendant au moins six mois diminuaient le risque de développer un diabète de type 2 de 47% en comparaison aux femmes qui n’ont pas allaité leurs enfants. Les femmes qui ont allaité pendant moins de six mois ont quant à elles, réduit leur risque de 25%.

Dr Erica Gunderson, principale auteure de l’étude et chercheur chez Kaiser Permanente nous explique :

Nous avons trouvé une très forte association entre la durée de l’allaitement et le risque de développer un diabète, même après avoir pris en compte tous les facteurs de risque possiblement confusionnels.

De plus, les résultats montrent que les bébés allaités ont moins de problèmes de santé comme les infections pulmonaires et le diabète. Ils sont également moins susceptibles de devenir obèses en vieillissant.

Des bienfaits mentionnés dans le Coran, révélés il y a plus de 1400 ans :

« Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets » . (Sourate Al Baqara )

« Et si, après s’être consultés, tous deux tombent d’accord pour décider le sevrage, nul grief à leur faire » (Sourate Al Baqara )

 

 

SIWAK (Salvadora persica) brosse à dents naturelle, origines et vertus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’après Mouqadam ibn Sarih, d’après son Père, il a dit :

« J’ai demandé a Aïcha : « Quelle était la première chose que faisait le Prophète(-prières et bénédiction d’Allah sur lui-) en entrant chez lui ? ».
Elle dit : « [il se frottait les dents ] avec le Siwak ».
[Muslim]

– Lors de la prière

D’après abou Houreyra, le Prophète -prières et bénédiction d’Allah sur lui- a dit :

« Si je ne craignais pas de trop charger ma communauté je leur ordonnerais le Siwak avant chaque prière »
[Bukhari et Muslim]

 

Le simple fait de se frotter les dents avec un objet fibreux tel que le siwak permet de se débarrasser de la plaque dentaire. Des recherches scientifiques, menées par des universitaires saoudiens, suggèrent un effet bénéfique dans le renforcement de la gencive3. Une étude américaine menée en 2003 par le National Center for Biotechnology Information a conclu que l’usage du siwak est plus efficace que l’usage d’une brosse à dents4,5. L’Organisation mondiale de la santé en recommande l’usage en 1986 puis en 2000. Il comporte aussi une substance qui facilite la digestion et qui protège les dents contre le tartre3,5.