Ecole : comment aider votre enfant en difficulté ?

La vie d’un Ă©lĂšve est faite d’étapes clĂ©s, d’embĂ»ches et de renoncements en tout genre. Votre rĂ©action Ă  ses problĂšmes, peut aider votre enfant Ă  s’en sortir plus vite.

de le comprendre. Reste Ă  l’aider Ă  affronter les Ă©ventuelles difficultĂ©s qu’il risque de rencontrer dans cette aventure qui durera, au mieux, 12 ans, jusqu’au bac. Les bonnes questions Ă  se poser

Ses notes ou son comportement en classe vous inquiĂštent ?
Quel que soit l’ñge de votre enfant, il faut alors absolument en discuter avec l’instituteur ou le professeur afin de dĂ©tecter, ensemble, l’origine du malaise.

Tout au long de sa scolarité votre enfant vit de grandes transformations physiques, et psychologiques. Tout ces changements successifs peuvent générer des difficultés scolaires ponctuelles ou à plus long terme. Voici les bonnes questions à se poser pour les détecter.

– Est-ce un problĂšme mĂ©dical, un handicap mental, physique ou sensoriel ? A-t-il une dĂ©ficience visuelle, auditive ? Plus tĂŽt ces problĂšmes seront dĂ©couverts (en gĂ©nĂ©ral dĂšs le primaire), plus vite l’enfant pourra s’adapter, ne pas se sentir exclu du systĂšme scolaire et Ă©viter ainsi l’échec scolaire.

– Est-ce un problĂšme psychologique ? Votre enfant n’a pas ou plus envie d’apprendre ni de travailler. Il a sans doute de bonnes raisons Ă  vous exposer. Respectez-les et n’hĂ©sitez pas Ă  faire appel Ă  un pĂ©dopsychiatre ou Ă  un psychologue.

– Est-ce un problĂšme ponctuel ? Le retard scolaire de votre enfant est assez nouveau et fait suite Ă  une absence (maladie, dĂ©cĂšs d’un proche…) ou Ă  un « dĂ©crochage » lors des cours. Il faut ĂȘtre attentif Ă  ces petites dĂ©primes qui, si elles ne sont pas traitĂ©es, peuvent faire prendre un retard important Ă  votre enfant par rapport au programme scolaire. Dans son livre L’enfant et l’Ă©cole en 40 questions, Jean-Marie Gillig rĂ©pond Ă  toutes vos interrogations sur l’Ă©cole primaire, l’Ă©chec scolaire, le redoublement, etc.

Le CP, un cap parfois difficile. C’est au niveau de l’entrĂ©e Ă  l’école primaire, l’« Ă©cole des grands », que s’opĂšre le passage de la jeune enfance Ă  la grande enfance. Des troubles physiques (difficultĂ© d’expression, dĂ©ficience de l’audition…) ou psychologiques (absence du dĂ©sir d’apprendre) peuvent alors apparaĂźtre, et doivent ĂȘtre dĂ©tectĂ©s au plus tĂŽt pour bien prĂ©parer l’enfant Ă  sa scolaritĂ©.
Pendant cette pĂ©riode, le meilleur baromĂštre pour savoir si votre enfant a des difficultĂ©s scolaires, c’est le livret scolaire ! S’il connaĂźt quelques difficultĂ©s Ă  l’école, ses notes, bien sĂ»r, s’en ressentiront. Ici encore, si ses rĂ©sultats se dĂ©gradent en cours de route, demandez-vous toujours d’oĂč peut venir le problĂšme.

– Peut-ĂȘtre est-ce dĂ» Ă  l’instituteur, qui est trop dur, pas assez prĂ©sent ni assez attentif aux problĂšmes de comprĂ©hension de votre enfant.

– Votre enfant ne ressent peut-ĂȘtre pas le dĂ©sir d’apprendre, parce qu’il ne veut pas grandir et se sĂ©parer de vous.

– Peut-ĂȘtre ne se sent-il pas assez capable, Ă  vos yeux, de rĂ©ussir ? Dans tous les cas, vous devez lui redonner confiance en lui et l’aider Ă  devenir autonome. D’autre part, son attitude Ă  la maison peut vous aider Ă  comprendre le rapport qu’il entretient avec l’école. – Aime-t-il aller en classe ? Parle-t-il de ses copains quand il rentre le soir ? – Rechigne-t-il de façon systĂ©matique Ă  faire ses devoirs ? – Est-il agressif ? – Est-il renfermĂ© et secret quand il s’agit de parler de sa journĂ©e Ă  l’école ? – A-t-il du mal Ă  exprimer ses sentiments ? A construire des phrases ? – Fait-il des fautes de français quand il parle ?

Gare aux « annĂ©es collĂšge ». Le collĂšge est un lieu totalement nouveau pour votre enfant. Il y rencontre beaucoup plus d’élĂšves, un professeur par matiĂšre et peut donc s’y sentir un peu perdu. Ce sont aussi les annĂ©es de la pubertĂ©, qui commence en gĂ©nĂ©ral vers 11 ou 12 ans, et qui marque la « renaissance » de votre enfant. Il se cherche et dĂ©sire plus que tout « ĂȘtre libre » et « faire ce qu’il veut ».

-L’adolescence est une pĂ©riode trĂšs sensible et trĂšs complexe.L’enfant, Ă©panoui pendant ses annĂ©es d’école primaire, se transforme souvent en contestataire. Il est mal dans sa peau, parfois hostile envers vous et le milieu scolaire. – Au collĂšge, votre enfant doit faire preuve de plus d’autonomie (pour changer de classe entre les cours, pour aller Ă  la cantine, etc.). Il est aussi moins entourĂ© puisqu’il n’a plus qu’un professeur par matiĂšre. – Ses rapports avec les autres Ă©lĂšves sont moins Ă©vidents qu’à l’école primaire. – Il est en pleine pĂ©riode de conflit avec soi-mĂȘme et parfois, l’envie d’apprendre disparaĂźt en trĂšs peu de temps. – C’est aussi la pĂ©riode des idĂ©aux, accompagnĂ©s d’une certaine impossibilitĂ© de les atteindre. – Enfin l’adolescent a tendance Ă  se sentir dĂ©couragĂ© face Ă  la vie d’adulte, faite de responsabilitĂ©s et d’obligations. Il voudrait que tout lui soit permis et que tout soit facile. Que faire ? – Surtout, ne rentrez pas dans son jeu. S’il est hostile envers vous, ne le soyez pas envers lui. Cela ne ferait qu’empirer la situation. – Evitez de lui dire qu’il manque de volontĂ© s’il n’a plus envie d’apprendre, de faire ses devoirs, d’aller Ă  l’école… Dites-vous plutĂŽt qu’il est peut-ĂȘtre tiraillĂ© par ces fameux idĂ©aux qui diminuent sa confiance en lui et en son avenir. – N’accusez pas sans cesse le corps enseignant. Envisagez-le plutĂŽt comme un alliĂ© sur qui vous allez pouvoir vous appuyer pour aider votre enfant. Il est en effet important que votre enfant sente que vous faites confiance Ă  ses professeurs, Ă  l’école et que vous croyez en ses capacitĂ©s de rĂ©ussite scolaire. -Ne le punissez pas au risque de provoquer chez lui un blocage supplĂ©mentaire , car il aura systĂ©matiquement peur du chĂątiment. Si vous sentez que la tension au sein de la famille devient trop difficile Ă  vivre ou que certaines difficultĂ©s scolaires persistent, il est important d’en discuter avec un psychologue ou avec un pĂ©dopsychiatre qui vous aidera Ă  comprendre la situation et Ă  la gĂ©rer.

Le lycĂ©e , prĂ©ambule Ă  la vie d’adulte. Quand il entre au lycĂ©e, votre enfant prend conscience qu’il doit travailler pour lui, mĂȘme s’il continue Ă  vouloir vous faire plaisir en ayant des bonnes notes. L’enjeu est diffĂ©rent : il doit se projeter dans le futur et prendre des dĂ©cisions qui engageront son avenir. C’est l’époque du baccalaurĂ©at, des projets et des responsabilitĂ©s, d’oĂč un sentiment d’angoisse assez fort.

– Au lycĂ©e, il faut se comporter quasiment en adulte. On demande en effet aux adolescents d’envisager le travail scolaire comme une prĂ©paration pour l’avenir alors qu’ils Ă©taient habituĂ©s Ă  travailler pour passer dans la classe supĂ©rieure et pour faire plaisir aux parents et au corps enseignant. Du coup, un sentiment d’angoisse s’installe. – Le lycĂ©en se pose de nombreuses questions : quelle orientation choisir ? Ai-je les compĂ©tences pour tenter telle ou telle filiĂšre ? Je n’ai pas de projet, que vais-je devenir ? Que faire ? -Si votre enfant a du mal Ă  se mobiliser pour travailler et prĂ©parer son bac, faites appel aux cours collectifs de soutien qui le feront travailler ailleurs que chez lui. – Encouragez-le afin qu’il reprenne confiance en lui et que ses Ă©tudes aient de nouveau un sens pour lui. N’hĂ©sitez pas Ă  faire appel Ă  vos propres souvenirs d’angoisse au mĂȘme Ăąge. Le simple fait de savoir qu’il n’est pas le seul Ă  ressentir ces sensations de vertige face Ă  son avenir, suffit Ă  le rĂ©conforter.

Calendrier des travaux de septembre au jardin

Que faire au jardin en septembre ? Le pense-bĂȘte en vidĂ©o d’Hubert le jardinier pour ne rien oublier.

Jeudi 20 septembre c’est Achoura


Il a recommandĂ© de le jeĂ»ner. Le Messager salla l-Lahou ^alayhi wasallam a recommandĂ© aussi de jeĂ»ner le jour de taçou^a’ qui est le neuviĂšme jour du mois de al-Mouharram. Cette recommandation est tirĂ©e de sa parole :
Ù„ŰŠÙ† ŰšÙ‚ÙŠŰȘ Ű„Ù„Ù‰ Ù‚Ű§ŰšÙ„ Ù„ŰŁŰ”ÙˆÙ…Ù†Ù‘ Ű§Ù„ŰȘۧ۳Űč

(la’in baqitou ‘ila qabilin la’asoumanna t-tasi^)

« Si je vis jusqu’Ă  l’annĂ©e prochaine, je jeĂ»nerai le neuviĂšme jour. »

[rapportĂ© par Mouslim] Mais le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam est dĂ©cĂ©dĂ© avant cela. On retient du jeĂ»ne du ProphĂšte pendant la journĂ©e de ^Achoura’ l’autorisation de pratiquer une bonne Ɠuvre en guise de remerciement envers Allah pour un bienfait qu’Il a accordĂ© dans un jour dĂ©terminĂ©. Ce bienfait peut ĂȘtre une grĂące accordĂ©e ou un malheur repoussĂ©. On en retient aussi qu’il est autorisĂ© de renouveler cette pratique Ă  la mĂȘme date chaque annĂ©e.

ŰłÙ†Ű© ŰłŰčÙŠŰŻŰ© Bonne annĂ©e

A l’occasion de la nouvelle annĂ©e de l’HĂ©gire «Awal Muharram 1440 », l’ACSE, prĂ©sente ses meilleurs vƓux de santĂ©, de paix et de prospĂ©ritĂ© Ă  toutes et Ă  tous.

Les vacances d’Ă©tĂ© se terminent. Sans bonnes nouvelles pour nos amis palestiniens. Raison de plus pour continuer de les soutenir avec force. La Ligue des Droits de l’Homme a la bonne idĂ©e de proposer un film le 21 septembre Ă  20 Heures. Notez-bien la date et n’hĂ©sitez pas Ă  diffuser l’information !


Inscriptions aux cours de langue arabe