VOILA COMMENT EXPLIQUER A NOS ENFANTS LES EVENEMENTS TRAGIQUES QUE VIENT DE SUBIR NOTRE PAYS.

EnfantQuelque chose de très triste vient de se produire. Des mĂ©chants ont attaquĂ© des centaines d’innocents dans les rues de Paris. Et beaucoup de ces innocents sont morts.

Les gens qui ont fait ça ressemblent Ă  tous ceux qui font du mal Ă  travers le monde, hier comme aujourd’hui: ils ont beaucoup de colère et de haine dans le coeur, voient ceux qui sont diffĂ©rents d’eux comme des ennemis et n’ont pas beaucoup de respect pour la vie, ni pour Celui qui l’a crĂ©Ă©e.

La vĂ©ritĂ©, c’est qu’ils avaient perdu leur humanitĂ© avant de chercher Ă  prendre celle des autres.

Et pour chacune de ces pertes, ils devront répondre.

Comme tous les mĂ©chants du monde, il cherchent des excuses Ă  leur injustice, accusent ceux qu’ils ont tuĂ© de l’avoir mĂ©ritĂ©, parfois mĂŞme, en appellent Ă  Dieu comme s’ils ignoraient, dans leur aveuglement, tout ce que Dieu nous a enseignĂ© et que mĂŞme les fourmis comprennent:

La vie est sacrĂ©e. On la protège et on la prĂ©serve. La notre comme celle des autres. Et lorsqu’elle est abĂ®mĂ©e notre coeur pleure.

Mais vous comprenez les enfants, que lorsque leurs yeux sont voilés par la colère et la haine, les hommes ne voient plus rien de cela.

C’est lĂ  qu’on a besoin de vous. Pour nous rappeler ce qui compte. Pour nous parler des fourmis. Et pleurer la perte de l’une d’entre elles.

Quant Ă  tous les innocents qui sont morts, Dieu les a rappelĂ©s Ă  Lui et les rĂ©tribuera d’une manière que seul Lui connait.

Et ceux qui leur ont fait du mal, Dieu les a avertis dans son Livre et les punira d’une manière que seul Lui connait.

Papa et maman sont tristes. Nos amis et nos familles sont tristes. Nos voisins et nos collègues sont tristes. Il y a beaucoup de peine et beaucoup de larmes, beaucoup de peur et de douleur.

Mais comme Ă  chaque Ă©preuve, on console ceux qui sont plus tristes que nous et on les aide Ă  se relever. On se tient la main pour se rassurer. On allume les lumières pour ne plus avoir peur. On appelle les gens qu’on aime pour leur dire qu’on les aime et on dit Ă  nos enfants, dans le creux de l’oreille, ce que nous avons tous besoin d’entendre et de croire:

“Demain, tout ira mieux. Tu verras…”

Demain, tout ira mieux. Insha Allah.

Et c’est comme ça que nous, les grands, on se donne du courage et qu’on se rappelle de ce qui est le plus important dans nos vies.

Il ne faut pas avoir peur. Il faut rire et il faut jouer, dire et dessiner, tendre la main et partager.

En partant, c’est ce que les innocents que nous avons perdus  sont venus nous rappeler.

Posted in Actualités

Laisser un commentaire